TRANCHÉES 30

 

Au sommaire
  • Le mot de la Grande Guerre: « Guitoune »
  • Le repli allemand dans l’Oise, mars 1917
  • Les Irlandais à la bataille de Messines – Wytschaete, 7 juin 1917
  • Un soldat nommé Hitler, 1914-1918
  • Le gardien de batterie Chenot illustre inconnu…
  • À l’assaut de Saint-Quentin, 13 avril 1917
  • La Big Red One en France, 1917-1918
  • L’échec de la campagne austro-hongroise en Serbie
Commander ce numéro : 8,20 euros



 

Le centenaire de la Grande Guerre passe inaperçu en cette année d’élections. À notre connaissance, nous sommes le seul éditeur à avoir sorti un livre sur le Chemin des Dames et il connaît d’ailleurs un vif succès. Dans ce numéro 30, nous continuons à parler des événements de 1917, avec des sujets variés : le repli allemand dans l’Oise, la Somme et l’Aisne (opération Alberich) et les opérations alliées qui se déroulent juste après : la bataille de Messines, en Belgique, livrée le 7 juin et réussie sans trop de pertes et la bataille de Saint-Quentin, totalement oubliée aujourd’hui. Elle aussi n’a duré qu’une journée, le 13 avril 1917, trois jours avant la fameuse offensive Nivelle du Chemin des Dames. Elle se termine par un asco complet, malgré l’emploi de deux divisions d’infanterie sur un front assez étroit. Près de 1 500 hommes sont mis hors de combat pour un résultat nul, au sud de Saint-Quentin, près des lieux-dits « le moulin de Tous Vents » et « Le Pire Aller ».

1917, c’est aussi l’année de l’entrée en guerre des États-Unis et nous en pro tons pour vous proposer un article sur l’engagement de la 1st US Infantry Division en France. La « Big Red One » ou la « Fighting First » est de tous les combats les plus durs, notamment la bataille de Cantigny.
Étant mondiale, la guerre de 1914-1918 concerne de nombreux théâtres d’opérations dans le monde entier, et notamment en Serbie, petit pays courageux qui a osé affronter l’empire austro-hongrois (puis l’OTAN, en 1999, mais ceci est une autre histoire). Nous consacrons un article à la surprenante victoire serbe d’août 1914.

La guerre mondiale met en lice des millions d’hommes et nous nous intéressons dans ce numéro à deux illustres « inconnus », dont personne ne parle à l’époque, mais dont l’un d’entre eux va connaître une carrière hors du commun : le garde batterie Chenot, défenseur du fort de Douaumont et Adolf Hitler. Rien ne les rassemble, à part

le fait qu’ils sont totalement anonymes en 1914-1918.

 

 

Bookmark the permalink.

Comments are closed