TRANCHÉES 78

Tr38 Couv

Au sommaire

  • L’actu : le musée des Plans-Reliefs de Lille
  • L’actu : expo, les soldats prisonniers, au mémorial de Verdun
  • Octobre  1914 dans les Vosges
  • Trophées et souvenirs de la Grande Guerre
  • Un conseil de guerre aux armées
  • Montdidier 1918 1919
  • La nuit où René Cassin a failli être tué : 12 octobre 1914
  • L’odyssée de l’Emden
Ce numéro sera en vente en octobre (et même bien avant) et il nous a semblé utile de revenir sur une période essentielle de la Grande Guerre, mais pourtant méconnue : celle de la stabilisation du front, en 1914. La plupart des historiens ont les yeux rivés sur les événements qui se déroulent dans le Nord et en Belgique : ils sont en effet de toute première importance. Pour autant, il ne faut pas oublier ce qui se passe ailleurs, de la Somme à la Suisse. Partout, les Alliés se heurtent aux lignes de tranchées allemandes : les Anglais dans la vallée de l’Aisne, les Français partout ailleurs, mais tout spécialement autour de Verdun, dans l’Argonne et devant Saint-Mihiel.
Pour tenter d’empêcher le gel du front, le commandement français lance des attaques à répétition, avec un soutien d’artillerie notoirement insuffisant, en croyant encore que le sacrifice de l’infanterie permettra de l’emporter. Quel manque de clairvoyance et quelle obstination !
Ce numéro est aussi très orienté sur un aspect peu connu du conflit : la recherche de souvenirs, qui peut d’ailleurs souvent s’apparenter à du pillage pur et simple. Franck Beauclerc en parle largement dans son article, bien entendu, mais il n’est pas le seul : Bruno Jurkiewicz raconte le pillage des maisons à Montdidier. Quant à Charles Hennebois, héros malheureux, avec René Cassin, des attaques contre les casernes de Chauvoncourt, il raconte comme il a été détroussé par un soldat allemand alors qu’il faisait le mort dans le no man’s land, la jambe fracassée par une rafale de mitrailleuse.
Notre étude d’un conseil de guerre aux armées présente le fonctionnement d’un tel organisme pour la période 1915-1916. Elle rappelle que les conseils de guerre n’étaient pas forcément décidés à infliger des peines capitales.
Enfin, nous commençons une courte série sur l’odyssée du croiseur léger allemand Emden dans l’océan Indien. Il y est question d’aventure, de ruse, de courage… bref, une histoire de corsaires.
Yves Buffetaut, directeur de la rédaction

Commander ce numéro : 8,20 euros





Bookmark the permalink.

Comments are closed